Claude Schaeffer dans la Seconde Guerre mondiale : un intellectuel à la lisière du renseignement

C. Schaeffer (à droite) lors de l’ouverture d’une tombe à Minet el-Beida, en Syrie. © Service des archives du Collège de France, 1929.

Claude Frédéric-Armand Schaeffer est aujourd’hui gardé en mémoire comme l’un des grands archéologues et orientalistes du XXᵉ siècle. Ougarit, le site syrien qu’il découvre en 1929 et explore durant plus de 40 ans, est une des découvertes majeures du siècle dernier. Mais ce nom retentissant occulte parfois le reste du travail de Schaeffer, notamment son rôle dans la création de la Maison Française d’Oxford et surtout la résistance qu’il mène au sein des Forces navales françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale.

Les années de guerre, que Claude Schaeffer passe de 1940 à 1944 en Angleterre, constituent un aspect méconnu de sa carrière. L’archéologue passe une grande partie de la guerre au sein de services et d’institutions anglaises, fréquentant Bletchley Park , le principal site de décryptage du Royaume-Uni, mais également la Royal Navy, le British Museum ou encore Oxford. Néanmoins, des zones d’ombres demeurent dans ce parcours militaire pour le moins atypique. Comment Schaeffer se retrouve-t-il en premier lieu en Angleterre ? Et une fois-là, comment ses pas le menèrent-ils à Oxford ?

Ces questions et cette recherche prennent leur source dans l’étude des archives du département des Antiquités orientales du musée du Louvre ainsi que celles du Collège de France, qui conservent tous deux un « Fonds Schaeffer ». Nous avions souhaité étudier la vie de l’archéologue à travers ses archives, ce qui signifiait dès lors lever un voile sur son activité durant la Seconde guerre mondiale. Or, du parcours militaire de Claude Schaeffer, on connaît surtout ce qu’en dit le principal intéressé, c’est-à-dire fort peu !

Engagé au sein de l’armée dès septembre 1939, l’archéologue est mobilisé au « Chiffre », le service en charge du décryptement des communications ennemies. Ces dernières sont codées par la fameuse machine Enigma, au déchiffrement de laquelle l’Angleterre et France travaillent conjointement.

En avril 1940, une équipe de cryptanalystes français rejoint les décodeurs anglais de Bletchley Park. Huit officiers sont envoyés à ce haut-lieu du décryptage anglais : parmi eux, le lieutenant Claude Schaeffer.

Mais la défaite française de 1940 et l’occupation bouleverse toute collaboration. Les soldats français mobilisés en Angleterre reçoivent l’ordre de regagner la France et Claude Schaeffer se retrouve dès lors dans une situation irrégulière. Officiellement démobilisé, il est mentionné comme travaillant au British Museum, rejoignant la Royal Navy, ou encore comme s’engageant aux côtés du général de Gaulle ; la réalité se trouve vraisemblablement à la croisée de ces trois explications.

Un curriculum vitae de la main de Schaeffer retraçant son activité de 1940 à 1944 est conservé dans les archives de la Maison Française d’Oxford. Dans ce précieux document, Schaeffer précise qu’il rejoint la marine anglaise peu près l’armistice et travaille « depuis juin 1940 à la section amirauté d’un service confidentiel appelé le Government Communication Bureau », qui n’est autre que Bletchley Park… Il demeure vague sur sa situation et ne précise pas les activités qui l’ont occupé, mais malgré ces précautions, sa situation est découverte par Vichy. Une fiche de renseignements précise qu’après la signature de l’armistice, Schaeffer est employé à titre civil au British Museum. Il est par la suite « versé […] au bureau du Chiffre anglais à Bletchley où il travaillerait à titre civil sous un nom d’emprunt ».

La réalité du travail mené par Schaeffer à Bletchley reste néanmoins floue : on ne sait quelle en est la part de décryptage et si ses missions ne relevaient pas plutôt du renseignement. Mais il semble qu’avant de s’engager, il ait rapatrié sa famille en Angleterre afin de leur éviter tout danger, comme il l’écrit à son ami et collègue Maurice Dunand, archéologue français alors basé à Beyrouth :

« Vous savez que j’étais à la mission Navale à Londres avant la défaite et que j’ai cherché […] ma femme et mes enfants pour pouvoir sans peur pour eux continuer la guerre, avec nos amis français et anglais […]. Ma famille est installée à la campagne et je peux de temps en temps la voir. Ils vont tous très bien et les petits vont à l’école où évidemment ils ont appris l’anglais fort bien. »

Brouillon de réponse de Claude F-A Schaeffer à Dunand, 1941 © Fonds Schaeffer, Musée du Louvre.

Lorsqu’il écrit ces lignes, Schaeffer se trouve désormais à Londres, à l’état-major des Forces navales françaises libres qu’il rejoint en janvier 1941. Ses liens avec l’Université d’Oxford s’officialisent : il est autorisé à partir de mars 1941 à y séjourner afin de rassembler des informations et faire office d’agent de liaison entre les services anglais et la résistance française.

Néanmoins, la question se pose ; pour quelles raisons Claude Schaeffer se rend-il en premier lieu à Oxford ? La nécrologie de Claude Schaeffer du St John’s Collège présente ainsi son arrivée dans le monde oxonien : « Son travail dans le renseignement l’amena à Oxford où il fut présenté au College par son ami H.A.R. Gibb ». Laurent Douzou, professeur émérite d’histoire à l’université Lumière Lyon-II et à l’Institut d’études politiques de Lyon, explicite ces réseaux liant monde universitaire et travail d’espionnage : un certain nombre d’agents des renseignements furent recrutés durant l’entre-deux guerres parmi les anciens élèves d’Oxford et de Cambridge. À cela, ajoutons que Schaeffer a étudié deux années à Oxford durant sa jeunesse et est désormais un archéologue de renom. Pour ces raisons, Laurent Douzou considère que l’intronisation de Claude Schaeffer en tant que senior fellow de Saint John’s College en 1942 constitue une couverture parfaite, permettant à Schaeffer de justifier ses allées et venues régulières entre Oxford et Bletchley Park, puis entre Oxford et Londres.

Néanmoins, cette intronisation ne saurait se justifier uniquement par les besoins d’une couverture. Le statut très honorifique de fellow allait de pair avec des obligations de recherche, que Claude Schaeffer s’appliqua à remplir. L’université le reçoit docteur honoris causa en 1942 avant de l’élire le 10 octobre 1942 à une Senior Research Fellowship. Ce statut accorde à Schaeffer une rente de 350 £ par an pour une durée de trois ans et l’engage « pour une part définie de son temps sur le programme de travail qu’il a proposé ». Ce programme n’est autre que l’écriture de Stratigraphie comparée et chronologie de l’Asie occidentale, une impressionnante compilation de l’état des connaissances archéologiques proche-orientales depuis le début de l’entre-deux guerres. L’ouvrage, rédigé en quasi-totalité durant les années de guerre, est publié en 1948 par Oxford University Press.

A partir de 1942, le redoublement du conflit en Syrie et au Liban donne une nouvelle orientation aux activités de Schaeffer. L’archéologue se consacre à sa mission au sein des Forces Navales Françaises Libres, mais son rôle d’agent de liaison auprès des britanniques puis son élection en tant que senior research fellow lui permettent de se rendre régulièrement à Oxford. L’endroit constitue pour Schaeffer un véritable havre de paix. Comme il l’écrit à Henri Fluchère, premier Directeur de la Maison Française d’Oxford, l’archéologue est frappé par le « courage et la tranquillité sereine » régnant en ces lieux qui lui permet de se consacrer avec une ardeur renouvelée à la rédaction de Stratigraphie comparée. En mai 1942, il exprime dans un brouillon de lettre toute sa reconnaissance à son ami Hamilton Gibb, islamologue et également fellow de Saint John’s College :

« Mon très cher ami,

C’est aujourd’hui que je rouvre mes papiers et quelques livres archéologiques. Et je pense à vous, qui êtes l’un des artisans de mon bonheur, avec grande reconnaissance. En offrant en pleine guerre à un archéologue français l’occasion et les moyens de consacrer une partie de son temps à l’avancement de ses recherches, vous, vos collègues et votre humanité témoignent d’une amitié qui par devant ma personne s’adresse à mon pays. Je ne l’oublierai jamais. Et quand la paix régnera de nouveau, aussi longtemps que je vivrai, chercherai (…) et publierai, il sera ma mission de continuer ce que je m’efforce d’entériner ici : d’aider au rapprochement durable et plus étroit entre nos deux pays, car il en dépend le sort de notre civilisation et la possibilité de la recherche scientifique (…) si chère à vous comme à moi.

Toujours cordialement votre, Claude Schaeffer. »

Brouillon de lettre de Claude F-A Schaeffer à Hamilton Gibb, 11 mai 1942 © Fonds Schaeffer, Musée du Louvre.

Œuvre de la coopération franco-britannique durant la guerre, la MFO apporte une nuance supplémentaire à la personnalité de Claude Schaeffer. Elle illustre sa vision de ce que doit être l’avenir de la politique culturelle et archéologique de l’après-guerre, une politique tournée vers la collaboration et l’international.

 

D’après le mémoire d’étude d’Inès Khazri, École du Louvre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search