7 Juin 2019: panel interdisciplinaire, 59e congrès de la SAES

Le 7 juin 2019, s’est tenu un panel interdisciplinaire au 59e congrès de la SAES.

Des « langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes » aux « études anglophones » : quel avenir disciplinaire ?

Modératrice : Mélanie Torrent, Université de Paris

Intervenants :

Rémy Bethmont, vice-président de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur, chargé des affaires scientifiques, Université Paris 8 Vincennes Saint Denis

Laure Gardelle, Professeure de linguistique, Université Grenoble Alpes

Gilles Leydier, Président du Centre de Recherches et d’Études en Civilisation Britannique, Université de Toulon

Monica Michlin, présidente de l’Association Française d’Études Américaines, Université Paul Valéry – Montpellier 3

Jean Viviès, président de la 11ème section du CNU, Aix-Marseille Université

Si la nouvelle appellation adoptée en novembre 2018 par la section 11 du CNU, « études anglophones », prend acte des transformations profondes du champ de l’anglistique au cours des dernières décennies,  elle amène aussi à s’interroger sur l’influence de ce changement sur nos pratiques, notre visibilité et notre influence, dans l’enseignement et dans la recherche, et sur les nouvelles dynamiques que nous pourrions ainsi favoriser collectivement. Dans le cadre d’un projet de recherche sur l’histoire, l’épistémologie et la patrimonialisation de l’anglistique (trois sujets intimement liés et qui ont fait jusqu’à présent l’objet d’analyses trop rares), cette table ronde débattra des opportunités et défis pour les « études anglophones » en France dans le paysage actuel de la recherche, sur les plans national, européen et international, croisant aspects épistémologiques et pratiques, évolutions historiques et dynamiques contemporaines.

A partir de l’histoire intellectuelle, de l’histoire des chercheurs, des pratiques et des lieux qui ont fait et font les « études anglophones », la table ronde abordera certaines questions que notre nouvelle appellation CNU nous invite à poursuivre (sans avoir l’ambition de les trancher), comme par exemple :

  • la définition même des « études anglophones », en relation notamment avec les débats sur les « area studies » et « global studies » au plan national et la diversité des aires « anglophones » étudiées en 11ème section ;
  • le dialogue disciplinaire au sein de l’anglistique, avec les autres sections CNU en sciences du langage, sciences humaines et sociales, avec les sections du CNRS, et le rôle des sociétés savantes à cet égard ;
  • l’influence de l’environnement national sur les traditions, méthodologies et objets de recherche, et les nouvelles opportunités à construire/saisir à l’international, notamment avec d’autres sociétés savantes (ESSE, mais aussi le UK Council for Area Studies Association …) ;
  • les opportunités et contraintes des appels à projets nationaux et européens, notamment dans les définitions de l’inter-/pluri-/transdisciplinarité.

8 octobre 2018: premier Atelier Anglistique, Faculté ARts, Lettres, Langues & Sciences Humaines

Le 8 octobre 2018 s’est tenu à Aix-Marseille Université le premier atelier consacré au projet Anglistique avec les participants suivants:

Bégnis, Hélène (UMS Persée)                           

Crinquand, Sylvie (Bourgogne)                         

Di Mascio, Patrick (AMU)                                

Hamm, Albert (Strasbourg)                              

Kempf, Jean                              

Lacaze, Grégoire (AMU)                                   

Moulin, Joanny (AMU)                                    

Page, Anne (AMU)                                          

Pouly, Marie-Pierre (Limoges)                         

Roblès, Fanny (AMU)                                        

Saksik-Dubos, Sarah (SCD AMU)                      

Somerset, Richard (Lorraine)                          

Torrent, Mélanie (Paris Diderot)                     

Vallas, Sophie (AMU)                                      

Van Ruymbeke, Bertrand (Paris 8)       

Viviès, Jean (AMU)

Annuaire des anglicistes médiévistes

Jean-Pierre Mouchon autorise le carnet de recherche ANGLISTIQUE à diffuser en libre accès la version électronique de trois de ses travaux de description de l’anglicisme et de recension des anglicistes français. Les tirages de ces ouvrages originellement imprimés à compte d’auteur par l’association Terra Beata aujourd’hui dissoute sont aujourd’hui épuisés. La mise en ligne du très volumineux Dictionnaire bio-bibliographique des anglicistes et assimilés se fera dans un second temps. Le carnet ANGLISTIQUE a également effectué des retirages en double exemplaire des deux ouvrages qu’il diffuse pour commencer : l’Annuaire des anglicistes médiévistes, et l’Esquisse de l’enseignement de l’anglais et des études anglaises en France au XXe siècle, qui sont désormais consultables et empruntables à la Bibliothèque Universitaire « Fenouillères – Lettres et Sciences Humaines » d’Aix-Marseille Université, aux cotes indiquées ci-dessous :

  • Annuaire des anglicistes médiévistes, avec la collaboration de Marguerite-Marie Dubois, Marseille, Terra Beata, 2002, 191 p., composition et illustration d’Hélène Thomas, ISBN 2-909366-08-1, cotes XB25775 et XB25777.
  • Dictionnaire bio-bibliographique des anglicistes et assimilés (Terra Beata, 45, bd. Notre-Dame, 13006—Marseille, France, 2010, 2290 p.)
  • Esquisse de l’enseignement de l’anglais et des études anglaises en France au XXe siècle (Terra Beata, 1995, 304 p.; second edition, thoroughly recast and enlarged, 2006, 487 p.), ISBN 2-909366-06-5, cotes XBK392 et XBK393.

Ces travaux sont l’œuvre d’un chroniqueur amateur passionné, aidé de quelques amis réunis en associations, qui a consacré plusieurs années de sa vie à la mémoire de l’anglistique et des anglicistes de France. Par la force des choses, et de par leur nature même, ces ouvrages comportent quelques lacunes et quelques erreurs factuelles. Ils nécessiteraient des mises à jour dont le chantier dépasse les forces d’un individu, aussi vaillant soit-il. Il n’en demeure pas moins que ces ouvrages constituent une image de l’anglistique française au début du XXIe siècles, et une tentative rare de contribuer à son historiographie. Il faut donc considérer ces travaux de Jean-Pierre Mouchon non pas tant comme des aboutissements, mais bien plutôt comme des sources, aussi précieuses que critiquables, pour l’étude de l’anglistique, depuis ses origines au XIXe siècle jusqu’à nos jours. La diffusion effectuée ici n’a pas d’autre ambition que mettre ces travaux à la disposition de la communauté, à toutes fins utiles.

17 novembre 2017

Joanny Moulin, Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Anglistique

“Anglistique” est le carnet de recherche d’un projet collaboratif sur l’histoire et l’épistémologie des études anglophones fondé au sein du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA, E.A 853) à Aix-Marseille Université. Consacré à l’histoire et à l’étude de l’anglistique, c’est-à-dire des études anglophones comme discipline universitaire en France dans ses diverses spécialités, soutenant une réflexion sur le rôle et l’avenir de l’anglistique au sein des humanités, ce carnet est destiné à rassembler les contributions des membres et l’actualité du projet.

Histoire et épistémologie des études anglophones