Archives MFO XI: Alors, malgré le chien, la valise fut volée

Fonds CFA Schaeffer, Archives MFO. © Alix Lesaulnier. 2021.

S’il est un ensemble de documents précieux pour l’histoire de la MFO, et plus généralement, de la diplomatie culturelle française, c’est bien le « fonds Claude F-A. Schaeffer », légué par sa veuve, Odile Schaeffer, à la Maison Française, lors du cinquantenaire de la MFO en 1996 – et parfois annoté et commenté par elle. Le fonds contient des pièces diverses : lettres et brouillons, télégrammes, rapports et notes, CV, coupures de journaux, budgets, etc., couvrant la période 1943-1950. 

Il sera prochainement mis à l’honneur lors d’une l’exposition sur l’histoire de la Maison Française. 

Fonds CFA Schaeffer, Archives MFO. © Alix Lesaulnier. 2021

Le 30 juin 1945, un mois après le retour de la famille Schaeffer à Paris, Claude Schaeffer —qui menait les négociations relatives à la MFO depuis 1943 — narra ses premières impressions de la France dans une lettre envoyée à St John’s College, dont le destinataire n’est pas précisément identifié mais peut-être s’agissait-il de son ami, H.A.R Gibb. Cette lettre est l’une des plus personnelles du fonds. Odile Schaeffer l’a bien senti puisqu’elle la commente ainsi : « Papa y raconte notre retour de l’Angleterre le 31 mai 1945. Re Maison Franç d’Oxford voir dernier paragraphe (très bien, pour nos enfants à lire) ».

Parmi des remarques sur le ravitaillement, la difficulté de faire imprimer des ouvrages universitaires à Paris, et les déboires pour retrouver l’usage de leur maison réquisitionnée par l’armée américaine, Claude Schaeffer consacre un paragraphe au chien de la famille, un cocker anglais, nommé Peter of Bagley Wood, selon son pedigree. Le nom est celui d’un bois doublement lié à la famille Schaeffer, parce qu’il appartient à St John’s College, où Schaeffer était Fellow, et parce qu’il est situé tout près de la résidence des Schaeffer à Kennington, au sud d’Oxford. Peter allait jouer un rôle important dans la constitution des archives de la MFO.

Trois ans plus tard, au moment de l’inauguration officielle de la Maison, en juin 1948, Claude Schaeffer rassembla 21 documents qu’il baptisa les « Actes de naissance » de la Maison pour en faire don à Henri Fluchère, le premier directeur, pour les archives. Or, au lieu d’envoyer des copies, comme il était initialement prévu, Schaeffer se ravisa et décida que la Maison Française méritait mieux : les originaux seraient reliés à Paris dans un volume en cuir. Près de 40 ans plus tard, suite au décès de son mari en 1982, Odile Schaeffer raconta la suite dans une lettre à Monica Charlot, alors directrice de la MFO :

« Mais – le jour où nous allions à Paris pour chercher le manuscrit relié, mon mari laissa un instant près du Louvre le livre relié en cuir dans son attaché-case en cuir (anglais) dans son auto, sous la garde de notre chien, un Cocker-spaniel (anglais lui aussi). Alors, malgré le chien, la valise fut volée. Mon mari était désolé – Cet été 1986 j’ai retrouvé toutes les copies de ces lettres et je veux naturellement vous les offrir pour la Maison Française d’Oxford » (Lettre d’Odile Schaeffer à Monica Charlot, 25 novembre 1986, Archives MFO).

Les copies des 21 documents, entreposées dans la cave de la maison familiale de St Germain-en-Laye, ne furent donc pas remises à la MFO du vivant de Claude Schaeffer. Odile Schaeffer tenta alors à trois reprise, en 1986, en 1988, et encore en 1994, d’en faire don à la MFO, avec des dizaines d’autres pièces. Ce n’est finalement qu’en 1996, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Maison que Jean-Claude Vatin en saisit l’importance et décida de les accepter.

Ce dernier, pour préparer le discours qu’il devait alors prononcer lors des célébrations du cinquantenaire, retira d’ailleurs huit lettres-clés des 21 documents fondateurs et les conserva dans le brouillon de son discours, que je n’ai retrouvé qu’en 2019 parmi des liasses de documents directoriaux non classés. Ces huit lettres n’ont jamais été consultées.

Le fonds Schaeffer vient de retrouver sa forme originale. Le classement et la description des 21 documents formant les « actes de naissance », ainsi que de toutes les autres pièces, est en cours. Les premiers résultats, à paraître, révèlent déjà l’importance des archives de la MFO pour les années 1943 et 1944. 

Il aura fallu près de 50 ans pour que le « fonds Schaeffer » retrouve la MFO auquel il était destiné depuis 1948 et pour que le rôle d’Odile Schaeffer soit officiellement reconnu dans la mémoire collective de la MFO. En 1996, elle était aux côtés de Marie-Louise Fluchère – épouse du premier directeur, Henri Fluchère, elle-même professeure de littérature anglaise à l’Université d’Aix-Marseille – qui écrivit sa propre histoire de la Maison, La Maison Française à Oxford il y a cinquante ans (1946-1996). Hommage à Henri Fluchère Directeur-Fondateur, ouvrage dont on aurait tort de penser qu’il est tout entier dédié au souvenir nécessairement flatteur d’Henri Fluchère.

Dans ce contexte, signalons enfin que Renée Bédarida rédigea un très beau texte sur la MFO au moment de la construction du nouveau bâtiment en 1967 (auquel j’espère pouvoir prochainement consacrer un billet). Elle y dresse un parallèle entre le renouveau architectural  et le renouveau des SHS appellant la MFO à un “rajeunissement de ses conceptions et de ses méthodes” (Renée Bédarida, “La Maison Française entre passé et avenir”, 17 avril 1967. Archives MFO).

Sans Odile Schaeffer, Marie-Louise Fluchère et Renée Bédarida, parmi tant d’autres actrices des premières décennies de la Maison dont les archives permettent, en partie, de reconstituer le travail, notre compréhension des premières décennies de la MFO serait bien différente et sans aucun doute bien plus pauvre.

Marie-Louise Fluchère dédicaçant son ouvrage sur la MFO (1996). Archives MFO. © Alix Lesaulnier. 2021.


Anne Page

Anne Dunan-Page is Professor of early modern British studies at Aix-Marseille University

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search