Une histoire de pionniers – Marcel Clavel, Charles Cestre, Jean Simon et Al.

Marcel Clavel : je découvre en 2012 ce nom sur une plaque fixée sur l’un des murs de la bibliothèque LAG LEA d’Aix-Marseille Université, à l’occasion du déménagement des fonds documentaires des départements de LEA, d’Études Germaniques, et d’Études du Monde Anglophone. La curiosité me pousse alors à interroger les Professeures Hélène Christol et Sylvie Mathé, qui ont en mémoire une grande partie de l’histoire de la formation de notre département, et de cette bibliothèque. J’apprends que cet ancien professeur de notre université a fait don au département d’un grand nombre d’ouvrages dans les années 1970, dans les domaines de la littérature et de la civilisation des États-Unis. Grâce à l’entremise du Pr. Pierre Deflaux, la bibliothèque d’américain est devenue en 1978 la Bibliothèque Marcel Clavel. Dans une petite salle attenante aux rayonnages, je fais avec mes collègues du Service Commun de Documentation, Roselyne Chevrier et Joëlle Menant, une autre découverte : des étagères portent le poids de dizaines d’ouvrages accumulés par Marcel Clavel et que nous verserons au fonds patrimonial de la bibliothèque du secteur Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines, dont des éditions de Washington Irving et de James Fenimore Cooper, parues entre 1824 et 1955.

 

Exemplaire signé par M. Clavel de l’une des traductions de The Pilot parue en 1885 aux éditions Mame.

En 2019, je pris le temps de consulter quelques documents ayant trait au don fait par Marcel Clavel et son épouse, et les deux thèses de cet universitaire : « Fenimore Cooper. Sa vie et son œuvre, la jeunesse (1789-1826) », premier travail accompagné de la thèse complémentaire, rédigée en anglais selon la tradition de l’époque, « Fenimore Cooper and his Critics: American, British and French Criticisms of the Novelist’s Early Work ». La préface de la première thèse, publiée à l’Imprimerie Universitaire de Provence en 1938, entrouvre une porte sur l’histoire de l’enseignement de la littérature des États-Unis en France. Les remerciements que Clavel adresse dans ce texte liminaire dessinent en effet un réseau d’universitaires issus des deux premières générations d’américanistes, séparés par les années 1920. Ils esquissent tout à la fois l’importance de l’École Normale Supérieure dans la formation de ces universitaires, des liens franco-américains autour de cette institution, et des mobilités transatlantiques précoces.

Formation – Un chercheur transatlantique

Né en 1894 dans une famille de la moyenne bourgeoisie, après des études secondaires au lycée Pierre de Fermat à Toulouse, Marcel Clavel est reçu en 1914 à l’École Normale Supérieure mais est mobilisé dès septembre de la même année. Il intègre la formation des sous-officiers réservée aux élèves des Grandes Écoles, et devient un intellectuel soldat. Pendant la Première Guerre mondiale, il met à profit ses compétences linguistiques ainsi que ses réseaux intellectuels ; il obtient ainsi sans mal, en mai 1917, une réaffectation à l’instruction des troupes américaines, et part au Nouveau-Mexique.

S’il fut en quelque sorte un participant privilégié de la Grande Guerre, en sa qualité d’intellectuel et préposé à l’instruction des soldats, son expérience de 1914-1918, puis de la Deuxième Guerre mondiale, peut expliquer son engagement humaniste. Il consacrera notamment une partie de ses travaux à Auguste Comte.

Démobilisé en 1919, il réintègre l’ENS et part comme assistant à Oxford, où il prépare un Diplôme d’Études Supérieures (DES) sur « Kipling et l’armée des Indes » (1920). Fraîchement agrégé d’anglais en 1921, il passe ensuite six années à l’Université Ann Arbor (Michigan, 1921-1925) comme Assistant Professor. C’est là qu’il débute ses recherches sur Cooper, en 1922, et propose un cours intitulé « French Classicism in England », un autre sur Rousseau et l’Angleterre, puis « La Littérature française par l’explication de textes », importation des exercices canoniques de l’université française dans le Michigan, qui témoigne de son imprégnation de la critique et de la pédagogie lansoniennes. Ces mobilités en Angleterre et aux États-Unis, sans aucun doute essentielles à sa formation et à la rédaction de sa thèse, sont ainsi rendues possibles à la fois par son statut d’étudiant à l’École Normale Supérieure, et par la guerre.

À son retour en France, Clavel enseigne deux ans au Lycée Thiers à Marseille, avant d’être nommé Chargé de conférences, rang qu’il occupe de 1925 à 1930, puis assistant jusqu’en 1938, et enfin professeur de littérature à la faculté de Lettres d’Aix-en-Provence, poste qu’il occupe jusqu’en 1963.

La thèse

Couverture de la thèse de M. Clavel, exemplaire donné à la collection BU Fenouillères, Aix-Marseille Université. .

 

En inscrivant en 1922, sous la direction de Charles Cestre, une thèse en littérature américaine, Clavel se place dans une tradition émergente d’universitaires initialement formés à la littérature française et anglaise, et qui donneront leurs lettres de noblesse à la littérature dite américaine. Ainsi Marie-Pierre Pouly écrit de C. Cestre qu’il était dans la première moitié du XXe siècle « le plus légitime des rares universitaires s’exprimant sur la littérature américaine », s’inscrivant « de ce fait dans l’espace de la critique littéraire parisienne et pren[ant] part plus largement au champ littéraire (national et international). » Clavel, héritier de cette première génération, emprunte à la littérature comparée lorsqu’il s’attache dans sa thèse complémentaire à étudier la réception de Cooper aux États-Unis, en Grande Bretagne et en France. Philippe Roger note que sur les 72 thèses de Lettres inscrites entre 1920 et 1934, 31 étaient consacrées à la littérature américaine (p. 65). De fait, la base de données établie par Françoise Huguet démontre qu’entre 1922 et 1938, dates de début et de fin de la thèse de Clavel, peu de thèses soutenues en Lettres portent exclusivement sur la littérature américaine ou l’un de ses aspects. De fait, la majorité de ces travaux développent une perspective comparatiste, soit avec la France, soit avec l’Angleterre. On pourra citer au titre des exceptions la thèse de Lucile Dora à l’Université de Montpellier en 1922, « G. William Curtis, Littérateur américain », de Theodore Hunt en 1937, sur « Le roman américain, 1830-1950 », ou de Denyse Maillard, « L’enfant américain dans le roman du Middle West » en 1935.

Les thèses de cette époque, comme celles, plus tardives, soutenues entre la fin des années 1940 et les années 1960, obéissent à une perspective très classique de la discipline, se structurant généralement en « Vie et œuvre », comme l’indique M-P. Pouly. Celle de Clavel ne déroge pas à cette tradition. Son étude montre également que les objets plus proprement « civilisationnels » se mêlent à l’étude de cette littérature, non seulement à travers la dimension biographique mais également dans les aspects de l’histoire éditoriale de Cooper. Clavel, et cela sera noté par ses lecteurs, aime à traquer les plus petits détails dans les correspondances entre Cooper et ses éditeurs.

La préface souligne l’influence des travaux du spécialiste états-unien de Cooper, Robert Spiller, dont Clavel précise qu’au-delà de la dimension biographique déjà connue, il s’était attaché à dépeindre la vie de Cooper « en fonction de l’évolution de ses idées politiques et sociales » (p. 9). Par ailleurs, il s’agissait bien pour le chercheur français de substituer son travail à la biographie reconnue de Thomas Raynesford Lounsbury (Life of James Fenimore Cooper, 1882), décriée par la propre fille de J.F. Cooper, et « dont le remplacement s’imposait depuis fort longtemps » (p. 10). C’est donc bien dans le sillage des chercheurs états-uniens, et on le comprend au vu de l’intérêt encore limité des anglicistes français pour la littérature d’outre-Atlantique, que se place le jeune chercheur.

Réseaux d’américaniste et d’anglicistes

La préface esquisse les liens entre deux générations d’anglicistes et américanistes. Lors de la soutenance, le jury était composé de Charles Cestre, Louis Cazamian, Emile Legouis et René Huchon, quatuor de prestigieux « maîtres » de l’époque. Il est à noter que l’Histoire de la littérature anglaise, du duo E. Legouis et L. Cazamian, fut l’une des lectures incontournables pour les étudiants en études anglaises pendant plusieurs générations. R. Huchon fut l’un des pionniers des études philologiques anglaises, et si l’on connaît L. Cazamian comme un spécialiste de « l’âme anglaise » – titre de l’un de ses ouvrages dans sa réédition de 1947 – il était néanmoins connaisseur des États-Unis, ayant eu l’occasion d’effectuer plusieurs missions outre-Atlantique entre 1924 et 1948. Il n’y a donc réellement que Cestre qui soit américaniste, ce qui se comprend mieux lorsque l’on sait que la première chaire de littérature et civilisation américaine à la Sorbonne ne fut établie qu’en 1927. À ceux-ci, s’ajoute Gustave Lanson. L’appartenance de Clavel aux anciens élèves de l’École Normale Supérieure est ainsi signifiée par les remerciements qu’il adresse à l’illustre critique, professeur et ancien directeur de l’ENS (1919-1927), qui lui ouvrit les portes de l’Université Ann Arbor en le recommandant auprès du critique et professeur de littérature française à Ann Arbor, Hugo Paul Thieme. S’il s’inscrit donc dans la filiation de cette première génération d’américanistes, en revanche, Clavel ne se prive pas de critiquer le pionnier Philarète Chasles qui, selon lui, se serait contenté dans ses Études sur la littérature et les mœurs des Anglo-Américains au XIXe siècle (1851) de traduire très librement un article sur Cooper paru dans le New Monthly Magazine de Colburn en avril 1831 en guise de jugement littéraire (thèse complémentaire, p. 380).

À l’hommage aux pionniers s’ajoutent des remerciements plus personnels à quelques-unes des figures de sa propre génération. Ainsi il évoque ses liens de camaraderie avec Jean Simon, spécialiste de Herman Melville qui enseigna au lycée Thiers à Marseille avant d’être nommé à la faculté des Lettres de Lille (1939-1954). On peut imaginer qu’outre l’ancrage local, les deux hommes partageaient à la fois un goût pour les écrivains américains et pour le roman maritime : Simon soutint en effet une thèse intitulée « Herman Melville, marin, métaphysicien et poète » (1936). Aux côtés de J. Simon, deux anciens camarades de la rue d’Ulm : Louis Landré, agrégé d’anglais en 1922, spécialiste du poète romantique anglais Leigh Hunt, alors en poste aux États-Unis à Brown, et Henri Peyre, dont la carrière de professeur de littérature française à Yale, de 1938 à 1969, puis au City University of New York Graduate Center jusqu’en 1980, fut éblouissante. Bien que devenu professeur de littérature française, après un mémoire sur « Certains aspects du pessimisme dans la poésie française et anglaise, 1850-1880 » sous la direction de Lanson et Cazamian pour son Diplôme d’Études Supérieures, Peyre continua de s’intéresser à la littérature anglo-américaine.

Un dernier nom mentionné dans la préface atteste une fois encore des liens transatlantiques noués par Marcel Clavel. Ce dernier y regrette de n’avoir pu honorer la proposition faite par Gilbert Chinard de préparer un volume de pages choisies de Cooper pour la collection « Cent Chefs-d’œuvre Étrangers » (Ed. La Renaissance du Livre), contraint de renoncer devant « l’irritante médiocrité des traductions françaises existantes » (p. 12). Universitaire formé à Bordeaux et Paris, professeur de littérature et d’histoire françaises d’abord à Johns Hopkins, puis à Princeton de 1937 à 1950, Gilbert Chinard fut un chercheur interdisciplinaire prolifique, un comparatiste transatlantique spécialiste de « l’exotisme américain ».

Rayonnement et postérité

La dimension transatlantique de Marcel Clavel et son statut de pionnier dans le champ des études sur Cooper seront consolidés au travers de la reconnaissance dont ses travaux jouiront aux États-Unis, et au-delà. Spiller ne manquera jamais de citer ses travaux (voir notamment The Oblique Light. Studies in Literary History and Biography, 1968). Dans une recension des deux thèses parues en janvier 1939 dans la revue American Literature, il saluait son confrère en des termes qui, s’ils doivent sans doute beaucoup à l’amitié qui semble s’être tissée entre les deux hommes, n’enlèvent rien à la rigueur de la méthode de l’universitaire français. Spiller soulignait ainsi son « intime familiarité avec l’œuvre » de Cooper, et l’attention toute particulière de Clavel pour certains détails :

With what we have thought of as a Germanic belief in the value of comparative analysis, he has brought to light many inconsistencies and contradictions on important as well as minor points in all other commentaries; but with true Gallic courtesy, he has discussed these moot questions in full without dogmatism or condemnation. (498-99)

Signe discret de la postérité de ses études, on appréciera le fait que l’étude biographique de Clavel sur Cooper figurait toujours dans la bibliographie fournie à l’occasion de l’inscription de The Last of the Mohicans au programme de l’agrégation en 2016, à la rubrique des travaux biographiques. Cette thèse avait reçu en 1939 le prix Montyon de littérature décerné par l’Académie française.

Références

Gourdel, Tiphaine. « Rapport sur Marcel Clavel » (inédit, BU ALLSH AMU).

Huguet, Françoise. « Les thèses de doctorat ès lettres soutenues en France de la fin du XVIIIe siècle à 1940», novembre 2009 [en ligne] http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=theses-record/2702 (consulté le 30 Mars 2021)

Kneller, John W., ed. Henri Peyre, His Life in Letters. New Haven: Yale UP, 2004.

Mariot, Nicolas. Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple. Paris : Seuil, 2013.

Mouchon, Jean-Pierre. Dictionnaire bio-bibliographique des anglicistes et assimilés, Marseille : Terra Beata, 2010.

 

Pouly, Marie-Pierre. « Analystes et analyses de la curiosité américaniste des anglicistes en France », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 13 janvier 2010, consulté le 27 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58502 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.58502

Rice, Howard C., Jr. “Man and Nature in the New World: A Checklist of the Writings of Gilbert Chinard.” https://blogs.brown.edu/gilbertchinard2017/files/2017/03/Chinard-LAm%C3%A9rique-et-le-r%C3%AAve-exotique.pdf

Roger, Philippe. Rêves et cauchemars américains : Les Etats-Unis au miroir de l’opinion publique française (1945-1953). Presses Universitaires du Septentrion, 1996.

Shaw, Wilfred B., ed., The University of Michigan, An Encyclopedia Survey. Part I: History and Administration, Ann Arbor: University of Michigan Press, 1941.

Spiller, Robert E. “Review. Fenimore Cooper : Sa vie et son œuvre. La jeunesse (1789-1826) by Marcel Clavel. Fenimore Cooper and his Critics: American, British and French Criticisms of the Novelist’s Early Work.” American Literature. Vol 10, n°4 (Janvier 1939), p. 498-499.


Cécile Cottenet

Professor, American Studies

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search