Archives de la MFO X: Les boutures de l’empereur

Tombeau de Napoléon à Sainte-Hélène, https://www.napoleonsthelena.com/le-tombeau-de-napoleon/

En ce 5 mai 2021, on peut évoquer quelques exemples tirés des archives de la MFO qui donnent accès à certaines visions de l’histoire impériale et nous permettent, d’une façon détournée, de nous intéresser au jardin. 

Parmi les artéfacts, le plus connu est certainement le masque de Napoléon dit masque « Sankey », pour lequel une alcôve fut spécialement dessinée en 1967 dans la nouvelle bibliothèque, à l’endroit qu’on estimait alors le plus passant. On sait moins que le masque faillit être à l’origine d’un incident diplomatico-scientifique jusque dans les plus hautes sphères oxoniennes : lors du discours qu’il prononça à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de la MFO, le Vice Chancellor, Kenneth Turpin, affirma que le masque avait été prêté par la Bibliothèque bodléienne, où il avait apparemment longuement séjourné dans une relative indifférence, sans remercier la famille Sankey, propriétaire du masque. On ignore qui lui révéla son erreur, mais Turpin dut rapidement s’excuser. Une copie de sa lettre, datée du 21 novembre 1967, soit trois jours après l’inauguration de la MFO, a été conservée par François Bédarida.

Deux ans plus tard, à l’automne 1969, ce dernier devait par ailleurs accueillir l’exposition « Napoléon vu par les Anglais et par les Français », qui était en place lorsque René Cassin, nobélisé de fraîche date, fit une visite à Oxford le 28 novembre. La MFO n’a apparemment pas conservé le catalogue mais il figure dans le fonds Bédarida aux Archives Nationales et sa consultation devrait permettre de mieux comprendre la construction de ce Napoléon.

Livre d’or, visite de René Cassin. Archives MFO

Contrairement au masque, la seconde relique impériale de Norham Road, cette fois végétale, est passée inaperçue dans l’histoire de l’institution. Elle fait le lien entre Sainte-Hélène, le jardin de la MFO et le château de Versailles. Tout commence dans une chemise au nom évocateur,  « Napoleon’s Willows », qui se trouve dans les archives directoriales.

Le tombeau de Napoléon à Sainte-Hélène, https://www.napoleonsthelena.com/le-tombeau-de-napoleon/

Celle-ci contient une partie de la correspondance entre Henry Bouillier (directeur de la MFO de 1974 à 1981) et le 6e comte de Harrowby, ancien étudiant de Christ Church. La correspondance rappelle tout d’abord qu’au XIXe siècle, trois boutures de saules, dont la légende veut qu’elles aient été prélevées sur le tombeau de l’empereur, furent ramenées de Sainte-Hélène et plantées à Versailles : la première, dans les jardins de la Préfecture, la seconde, dans le potager du roi (le saule fut ensuite abattu en 1895) tandis que de la troisième, il est dit « qu’elle n’a pas poussé », alors qu’il semble probable qu’elle ait, elle aussi, été plantée à Versailles. Il semblerait qu’au début des années 70, le comte ait prévenu la MFO qu’il était lui-même en possession de saules de Sainte-Hélène et qu’il souhaitait faire don de deux lots de trois boutures, l’un au château de Versailles, et l’autre à la MFO. Ce n’est qu’en 1978, après pratiquement une décennie, que Versailles confirma que les boutures de l’empereur avaient été perdues. Celles de Norham road étaient les seules survivantes prétendues de Sainte-Hélène. 

Ont-elles finalement été plantées ? Que sont-elles devenues ? Peut-être les archives permettront-elles un jour d’en retrouver la trace.

Avant même le déménagement à Norham Road, Henri Fluchère était déjà très fier du jardin de « The Shrubbery », au 72 Woodstock Road, et conserva un plan du jardin (datant de 1953) et de ses espèces. C’est lui qui insista auprès de Jacques Laurent, en 1960, pour que les limites du jardin dans les premières esquisses de Norham Road soient agrandies. Quand le bâtiment fut achevé quelques années plus tard, l’architecte proposa de prolonger le jardin à l’intérieur même du bâtiment, grâce à 42 pots de plantes disposés le long d’une bordure à l’entrée. La description conservée dans les archives pourrait aujourd’hui permettre de la recréer.

Outre la réalisation de la fameuse bordure, les archives directoriales contiennent des coupures de presse, des catalogues de l’entreprise d’horticulture John Waterer Sons and Crisp, ainsi que la correspondance relative à l’aménagement du nouveau jardin. Il y est fait notamment état des choix d’espèces, de la difficulté à faire prospérer les haies de lauriers et de thuyas censées protéger la MFO des regards, mais aussi de l’achat (auprès des établissements Noyau) et de l’agencement du mobilier de jardin qui, avec Flore, devait participer à l’impression d’ensemble.

Le fonds d’archives de la MFO révèle donc aussi son héritage horticole, facette d’un travail en cours qui vise à restituer le patrimoine matériel et immatériel de l’institution—depuis les œuvres d’art et le mobilier jusqu’au bâtiment, en passant par les constructions éphémères comme les « cabanes » à thèmes des garden parties, les menus, les vins, les plantes—une histoire que les acteurs de terrain considéraient comme faisant partie intégrante des coopérations entre Oxford et la France. Qu’on considère que le jardin de la MFO pût recevoir, avec Versailles, les boutures de l’empereur, n’a, au fond, rien pour surprendre.

Événements en lien avec le bicentenaire:

17 mai 2021, 17h (en ligne): Book Presentation ‘Black Spartacus. The Epic life of Toussaint Louverture’ (Allen Lane, 2020) by Sudhir Hazareesingh (Balliol College)
https://mfo.web.ox.ac.uk/event/book-presentation-epic-life-toussaint-louverture-allen-lane-2020#/

25 mai 2021, 17h (en ligne): Book presentation ‘Les Impériaux. Administrer et habiter l’Europe de Napoléon’ (Fayard, 2019) by Aurélien Lignereux (IEP Grenoble)
https://mfo.web.ox.ac.uk/event/book-presentation-les-imperiaux-administrer-et-habiter-leurope-de-napoleon-fayard-2019#/
 
19 novembre 2021: Exposition ‘Caricatures of Napoleonic History Paintings in Britain from James Gillray to Steve Bell’
 
2-3 décembre 2021:  Colloque ‘Napoleon revisited: History, Arts and Literature’

 

Archives MFO citées: III. DIR 3, III SEC/GEN 1, III SEC/GEN 7, III SEC/GEN 13

Liens externes

Masques de Napoléon: https://www.napoleon.org/en/history-of-the-two-empires/articles/inventory-principal-plaster-death-masks-napoleon-public-private-collections/

« Trois saules versaillais, descendants de celui qui ombrageait la tombe de Napoléon à Sainte-Hélène », https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article8152 (2016, d’après la Revue des études napoléoniennes, 1923).

Iconographie: https://www.napoleonsthelena.com/le-tombeau-de-napoleon/


Anne Page

Anne Dunan-Page is Professor of early modern British studies at Aix-Marseille University

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search