Archives de la MFO: Acte II

Après le cataloguage des archives directoriales en 2019, ce sont les archives du secrétariat général qui font cet été l’objet d’un inventaire plus précis que celui que nous connaissons.

Les premiers exemples:

-Les albums photos ont été tous (re)classés par ordre chronologique. On peut par exemple suivre les clichés des Garden Parties au fil des ans. S’y trouvent également les photos, mois par mois, du chantier de construction de la MFO, de son inauguration en 1967 et de la cérémonie de remise d’un doctorat Honoris Causa à Malraux, événement repris en ces termes dans l’édition du Monde du 20 novembre 1967:

Le ministre de la culture, à vrai dire, avait également entrepris le voyage d’Oxford pour inaugurer les nouveaux locaux de la Maison française. Les murs immaculés de cet ensemble de style moderne ont d’ailleurs reçu, peu avant l’inauguration officielle, un baptême d’un genre un peu particulier. En lettres de 50 centimètres de haut, des visiteurs nocturnes avaient inscrit sur la façade les sentiments que leur inspirait, dans l’état actuel des relations franco-britanniques, la visite du ministre français : ” Malraux, oui ; de Gaulle, non. ” Un nu féminin de Maillol, qui orne l’entrée, avait pour sa part été barbouillé de peinture noire.

Vendredi soir, dans le Sheldonian Theatre – qui est un peu à Oxford ce que le grand amphithéâtre est à la Sorbonne – le ministre de la culture a parlé pendant une brève demi-heure sur ” l’Art et le Temps “.

Il y avait là une forme de pensée qui n’était pas entièrement familière à un auditoire anglo-saxon. Toutefois l’expérience avait en un sens valeur de symbole et André Malraux offrait à Oxford un exemple de cet esprit que l’Université, le jour où elle a pris le décret créant la Maison française, a décidé d’accueillir en son sein.

-Toute la correspondance relative à l’achat des terrains de Norham Rd à St John’s College (qui couvre les années 1954-1959) est maintenant facilement accessible.

-Les archives permettent également d’accéder à l’inventaire mobilier de la première incarnation de la maison en 1948 et de la ‘Nouvelle’ Maison . Le premier fut supervisé par Henri Fluchère, essentiellement grâce à des prêts de meubles des services mobiliers de l’état; le second par François Bédarida qui se vit ouvrir un peu plus de 100.000 francs de crédits pour les meubles et tissus. On y retrouve les mêmes préoccupation que celles que nous avions déjà évoquées l’année dernière, notamment la nécessité de faire valoir le goût “à la française”, Fluchère adoptant par exemple le style Louis XV. Les inventaires détaillent non seulement les acquisitions ou les prêts les plus précieux, mais jusqu’au moindre trombone, saladier et autre service à huîtres. Ils peuvent se révéler des guides précieux pour quiconque s’intéresse au versant plus directement matériel de la diplomatie culturelle.


Anne Page

Anne Dunan-Page is Professor of early modern British studies at Aix-Marseille University

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search