CFP: Congrès SAES Tours 2020

Un nouvel atelier “Histoire et épistémologie des études anglophones”, coorganisé par Anne Page et Sophie Vallas, sera inauguré lors du 60e congrès de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur à Tours, en juin prochain.

Cet atelier a pour objectif de devenir un lieu de réflexion sur l’histoire, l’épistémologie et le patrimoine des études anglophones. Il s’agira de s’interroger sur les pratiques au sein de la « discipline », de préciser les multiples façons dont la recherche et l’enseignement s’y déploient, d’analyser la façon dont elle est perçue en France, comme à l’étranger, en prenant en considération sa création et son histoire.

Or les questionnements sur les études anglophones n’ont que trop rarement été éclairés par des réflexions de type historique ou épistémologique. D’un côté, on observe une dilution méthodologique—assumée ou imposée—dans d’autres disciplines (histoire, sociologie, sciences politiques, philosophie, cultural studies…)—, qui nie l’existence d’une spécificité des études anglophones ; d’un autre côté, on perçoit une survivance identitaire parfois revendiquée, autour de grandes notions structurant le champ, par exemple celle de civilisation. On assiste, d’une part, à un émiettement épistémologique et aréal, on constate (ou on déplore) la fragilité disciplinaire d’un « champ » ou d’un « domaine » qui peine parfois à se construire, voire à se faire reconnaître ; de l’autre, on reconnaît que les « études anglophones » ont malgré tout une certaine spécificité, une certaine réalité, en tout cas une certaine identité, en France et à l’international. Ces oppositions ne sont pas nouvelles et elles dépendent aussi de facteurs externes, de choix politiques et de la structuration de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il ne s’agira pas de trancher tel ou tel débat mais d’en examiner à la fois les origines historiques et les conséquences pour la communauté des anglicistes.

            On accueillera donc pour cette première année des contributions ayant tout particulièrement trait à la naissance des études anglophones et à la découverte ou la redécouverte de leur patrimoine. On pourra par exemple s’intéresser, sans que la liste soit exhaustive, aux sujets suivants :

-les premiers titulaires de chaires en littérature étrangère ou littérature comparée ;

-les premiers textes scientifiques sur la littérature anglophone ;

-la naissance des départements ou des UFR, des unités de recherche, des collections spécialisées…., à travers les archives institutionnelles ;

-la conservation, valorisation, exploitation des archives de chercheur.se.s et ego-documents ;

-l’émergence et la consolidation d’un domaine spécifique : rôles des fondateurs, des réseaux, groupes de recherche, sociétés savantes…

Les propositions de communication (300-500 mots) sont à adresser avant le 1er novembre 2019 à :

anne.page@univ-amu.fr

sophie.vallas@univ-amu.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.