Archives de la MFO IV. Claude Schaeffer, Richard Livingstone, Gustave Roussy, et Floris Delattre : les sciences et les lettres à la « Maison de France »

On entend souvent dire du statut de la MFO qu’il est « particulier », « original », « unique », mais, pour les observateurs extérieurs, il est aussi complexe et opaque, avec ses multiples tutelles, un comité parisien, un comité oxonien, tous les interlocuteurs n’ayant pas nécessairement les mêmes objectifs et les mêmes attentes, au même moment.

Nous avons entrepris de déterminer avec plus de précision comment on en est arrivé là, grâce aux archives institutionnelles de l’université d’Oxford.

Dans les archives de la MFO, on se rend vite compte qu’à de rares exceptions près, on fait généralement débuter l’histoire de la Maison avec le décret du 22 octobre 1946 et Henri Fluchère, nommé pendant l’été 1946 par les « Relations Culturelles », et qui a présidé aux destinées de l’institution pendant presque 20 ans (voir le billet de Grégoire Lacaze à son sujet). Bien sûr, on évoque le rôle crucial qu’avaient joué précédemment le grand archéologue français Claude Schaeffer (1898–1982), et ses soutiens et amis oxoniens pendant la guerre et à la Libération : le Vice-Chancellor Sir Richard Winn Livingstone, par exemple, ou encore l’islamologue Alexander Gibb. Mais le connaît-on vraiment ?

Claude Frédéric-Armand Schaeffer-Forrer

L’historien de la seconde Guerre mondiale, Laurent Douzou,  a mis au jour à l’occasion d’une communication (non encore publiée) en 2010, des documents inédits concernant la carrière militaire et politique, publique et secrète de Schaeffer, qui expliquent qu’on ne puisse pas tout savoir sur le rôle que ce personnage hors du commun a joué à Oxford et auprès des Britanniques pendant la guerre. Claude Schaeffer est ainsi, en partie, déjà sorti de l’ombre.

La façon dont il a personnellement influencé la forme qu’allait prendre une « Maison Française à Oxford », une « Maison Française d’Oxford », voire une « Maison de France » – terme brièvement privilégié par la Sorbonne – est, en revanche, moins clair. Pour autant qu’on puisse en juger, il n’y a pas de « fonds » Schaeffer à proprement parler mais une partie de sa correspondance fut léguée à la MFO par Mme Schaeffer en 1996, à l’occasion du cinquantenaire. Nous avons d’abord tenté de rassembler ces feuillets encore dispersés dans différentes liasses au sous-sol de la MFO, puis de les croiser avec d’autres fonds d’archives de l’université d’Oxford, notamment la correspondance des Vice-Chancellors, la correspondance des Registrars, et les papiers de l’Hebdomadal Council. Puis de rétablir aussi précisément que possible la chronologie des faits et les relations de pouvoir entre tous les acteurs de cette aventure collective. Entre l’été 1944 (première lettre officielle qui semble avoir survécu dans les archives oxoniennes) et le 4 juin 1948, inauguration de la MFO au 72 Woodstock Road, on dispose de près de 150 documents universitaires (pour la plupart des lettres, autographes ou dactylographiées, parfois dupliquées dans plusieurs fonds) qui retracent les années de gestation de la Maison.

Sir Richard Winn Livingstone, by Elliott & Fry. Bromide print.
NPG x90313 © National Portrait Gallery, London

Dans les mois qui viennent, ce travail de repérage des documents et leur (re)mise en ordre chronologique ayant été à présent effectué, le dépouillement plus précis des lettres va débuter, ainsi que des recherches croisées dans les archives institutionnelles parisiennes pour compléter la correspondance passive des acteurs oxoniens.

Les pistes qui seront privilégiées sont les suivantes :

-l’analyse des facteurs d’opposition à Oxford et la façon dont le statut de l’institution a donc dû évoluer au fil du temps : institut, centre culturel, college, de nombreuses pistes été envisagées puis abandonnées. Le décret de 1946 reflète donc tout autant les forces opposées à la création de la MFO que ses soutiens, à commencer par le choix du lexique, comme l’abandon du terme warden longtemps envisagé pour le directeur, au profit de director, afin de ne pas entretenir de confusion avec un head of house.

-les fonctions successives envisagées pour la MFO, dont son rôle, alors estimé fondamental, de «guichet» pour ce qu’on appellerait aujourd’hui la « mobilité » entrante et sortante des chercheurs et des étudiants. Il n’était pas dans l’esprit des fondateurs de restreindre le rôle de la Maison à celui d’une institution académico-culturelle;

-l’influence de Gustave Roussy (plus connu en France pour ses travaux de médecine) qui venait alors d’être rétabli dans ses fonctions de Recteur de la Sorbonne, et ses relations avec Livingstone ;

Gustave Roussy. Domaine public

– les éléments relatifs à Floris Delattre, de l’Académie française. Delattre, Professeur de « langue et littérature anglaise » à la Sorbonne depuis 1935 (précédemment à Lille) fut pressenti dès octobre 1945 par Gustave Roussy pour siéger au Comité Directeur de la Maison Française, seul membre, avec Schaeffer, à y figurer sans fonction particulière. Les autres membres appelés es-qualité, les Doyens des facultés de Lettres, de Droit, de Sciences de la Sorbonne, témoignent d’ailleurs du caractère éminemment interdisciplinaire de la MFO, envisagée dès sa conception comme une réunion de « savants » et d’« érudits », sans considération de disciplines. L’oraison prononcée en l’honneur de Delattre le 4 juin 1948, lorsque l’université d’Oxford lui confère un D.Litt, cite Robert Burns et évoque son parcours universitaire des poètes élisabéthains à Virginia Woolf. Le discours révèle l’appétence des autorités oxoniennes pour les anglicistes français, capables de jeter un regard extérieur sur leur propre culture: ‘Many of our fellow-countrymen should come to this Professor for tuition ; and the rest of us, who have sometimes been abroad, might well do the same, for there is much to be gained by seeing ourselves as others see us.’

L’Angleterre d’après-guerre et le conflit houiller, par Floris Delattre

Fait notable pour le projet « Anglistique », c’est qu’Oxford avait déjà conscience, en 1948, que Delattre était un « littéraire » tout autant qu’un « civilisationniste », un spécialiste de poésie et des conflits miniers.

C’est donc une histoire institutionnelle, tout autant que scientifique, politique et diplomatique, qui émerge aujourd’hui des archives oxoniennes dont les archives de la MFO constituent une petite, mais significative, partie.

Remerciements : Luc Borot, Laurent Douzou, Alice Millea, Anna Rosenschild-Paulin, Alexandre Tessier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.