Annuaire des anglicistes médiévistes

Jean-Pierre Mouchon autorise le carnet de recherche ANGLISTIQUE à diffuser en libre accès la version électronique de trois de ses travaux de description de l’anglicisme et de recension des anglicistes français. Les tirages de ces ouvrages originellement imprimés à compte d’auteur par l’association Terra Beata aujourd’hui dissoute sont aujourd’hui épuisés. La mise en ligne du très volumineux Dictionnaire bio-bibliographique des anglicistes et assimilés se fera dans un second temps. Le carnet ANGLISTIQUE a également effectué des retirages en double exemplaire des deux ouvrages qu’il diffuse pour commencer : l’Annuaire des anglicistes médiévistes, et l’Esquisse de l’enseignement de l’anglais et des études anglaises en France au XXe siècle, qui sont désormais consultables et empruntables à la Bibliothèque Universitaire « Fenouillères – Lettres et Sciences Humaines » d’Aix-Marseille Université, aux cotes indiquées ci-dessous :

  • Annuaire des anglicistes médiévistes, avec la collaboration de Marguerite-Marie Dubois, Marseille, Terra Beata, 2002, 191 p., composition et illustration d’Hélène Thomas, ISBN 2-909366-08-1, cotes XB25775 et XB25777.
  • Dictionnaire bio-bibliographique des anglicistes et assimilés (Terra Beata, 45, bd. Notre-Dame, 13006—Marseille, France, 2010, 2290 p.)
  • Esquisse de l’enseignement de l’anglais et des études anglaises en France au XXe siècle (Terra Beata, 1995, 304 p.; second edition, thoroughly recast and enlarged, 2006, 487 p.), ISBN 2-909366-06-5, cotes XBK392 et XBK393.

Ces travaux sont l’œuvre d’un chroniqueur amateur passionné, aidé de quelques amis réunis en associations, qui a consacré plusieurs années de sa vie à la mémoire de l’anglistique et des anglicistes de France. Par la force des choses, et de par leur nature même, ces ouvrages comportent quelques lacunes et quelques erreurs factuelles. Ils nécessiteraient des mises à jour dont le chantier dépasse les forces d’un individu, aussi vaillant soit-il. Il n’en demeure pas moins que ces ouvrages constituent une image de l’anglistique française au début du XXIe siècles, et une tentative rare de contribuer à son historiographie. Il faut donc considérer ces travaux de Jean-Pierre Mouchon non pas tant comme des aboutissements, mais bien plutôt comme des sources, aussi précieuses que critiquables, pour l’étude de l’anglistique, depuis ses origines au XIXe siècle jusqu’à nos jours. La diffusion effectuée ici n’a pas d’autre ambition que mettre ces travaux à la disposition de la communauté, à toutes fins utiles.

17 novembre 2017

Joanny Moulin, Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.