7 Juin 2019: panel interdisciplinaire, 59e congrès de la SAES

Le 7 juin 2019, s’est tenu un panel interdisciplinaire au 59e congrès de la SAES.

Des « langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes » aux « études anglophones » : quel avenir disciplinaire ?

Modératrice : Mélanie Torrent, Université de Paris

Intervenants :

Rémy Bethmont, vice-président de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur, chargé des affaires scientifiques, Université Paris 8 Vincennes Saint Denis

Laure Gardelle, Professeure de linguistique, Université Grenoble Alpes

Gilles Leydier, Président du Centre de Recherches et d’Études en Civilisation Britannique, Université de Toulon

Monica Michlin, présidente de l’Association Française d’Études Américaines, Université Paul Valéry – Montpellier 3

Jean Viviès, président de la 11ème section du CNU, Aix-Marseille Université

Si la nouvelle appellation adoptée en novembre 2018 par la section 11 du CNU, « études anglophones », prend acte des transformations profondes du champ de l’anglistique au cours des dernières décennies,  elle amène aussi à s’interroger sur l’influence de ce changement sur nos pratiques, notre visibilité et notre influence, dans l’enseignement et dans la recherche, et sur les nouvelles dynamiques que nous pourrions ainsi favoriser collectivement. Dans le cadre d’un projet de recherche sur l’histoire, l’épistémologie et la patrimonialisation de l’anglistique (trois sujets intimement liés et qui ont fait jusqu’à présent l’objet d’analyses trop rares), cette table ronde débattra des opportunités et défis pour les « études anglophones » en France dans le paysage actuel de la recherche, sur les plans national, européen et international, croisant aspects épistémologiques et pratiques, évolutions historiques et dynamiques contemporaines.

A partir de l’histoire intellectuelle, de l’histoire des chercheurs, des pratiques et des lieux qui ont fait et font les « études anglophones », la table ronde abordera certaines questions que notre nouvelle appellation CNU nous invite à poursuivre (sans avoir l’ambition de les trancher), comme par exemple :

  • la définition même des « études anglophones », en relation notamment avec les débats sur les « area studies » et « global studies » au plan national et la diversité des aires « anglophones » étudiées en 11ème section ;
  • le dialogue disciplinaire au sein de l’anglistique, avec les autres sections CNU en sciences du langage, sciences humaines et sociales, avec les sections du CNRS, et le rôle des sociétés savantes à cet égard ;
  • l’influence de l’environnement national sur les traditions, méthodologies et objets de recherche, et les nouvelles opportunités à construire/saisir à l’international, notamment avec d’autres sociétés savantes (ESSE, mais aussi le UK Council for Area Studies Association …) ;
  • les opportunités et contraintes des appels à projets nationaux et européens, notamment dans les définitions de l’inter-/pluri-/transdisciplinarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.